Dysgraphie

« Est dysgraphique un enfant chez qui la qualité de l'écriture est déficiente alors qu'aucun déficit neurologique ou intellectuel n'explique cette déficience ». J. de Ajuriaguerra

Signes permettant de soupçonner une dysgraphie
Ecriture trop lente, fatigante, illisible, désordonnée et souvent beaucoup d'efforts pour peu de résultats.

Causes de la dysgraphie
La dysgraphie peut être isolée ou liée à d'autres difficultés
- troubles de l'orientation spatiale,
- troubles du schéma corporel,
- dyslexie,
- dyscalculie,
- dysorthographie,
- troubles de l'attention et de la concentration,
- anxiété,
- mauvaise tenue de crayon,
- mauvaises positions ...

Conséquences
- vulnérabilité cognitive avec un risque d'échec scolaire,
- vulnérabilité psychoaffective avec une estime de soi et une confiance en soi ébranlées,
- vulnérabilité psycho relationnelle avec isolation ou trouble du comportement.


LA RÉÉDUCATION DE L'ÉCRITURE OU GRAPHOTHÉRAPIE

Objectifs
- Rendre l'écriture efficace.
- Limiter l'enchaînement des difficultés d'apprentissage.

Bilan graphomoteur
L'examen analyse le geste graphique, l'écriture, la vitesse, la tenue du corps et de l'outil. Il détermine s'il s'agit d'un mauvais scripteur ou s'il s'agit d'un dysgraphique.
Le graphothérapeute dispose de plusieurs tests et échelles pour poser un diagnostic.

A l'issue de l'examen, le graphothérapeute propose une prise en charge individualisée en tenant compte des troubles observés et des intérêts de la personne.

La remédiation
L'objectif est de rendre à l'écriture sa fonction première : la communication.
Les principes du reconditionnement du geste graphique trouvent leur source dans les travaux d'Olivaux, d'Ajuriaguerra, Thoulon-Page et seront également accompagnés par des approches plurielles telles que la kinésiologie éducative, le rééquilibrage neuro-sensoriel, …

Durée

Chaque dysgraphie est différente et demande une prise en charge spécifique. Des mauvaises habitudes doivent être abandonnées et remplacées par des nouveaux automatismes.
Une séance hebdomadaire est conseillée. Le degré d'investissement personnel et la profondeur du trouble vont déterminer le nombre de séances nécessaires pour atteindre l'objectif.

Résultats

Une écriture qui va mieux engendre une personne qui va mieux.
Une dysgraphie détectée et traitée améliore l'attention, l'orthographe, la confiance en soi, …

Article rédigé par le GBGT (Groupement Belge des GraphoThérapeutes)  www.gbgt.be