Témoignages de parents




Page en cours de construction... merci de votre patience.

Albert

Albert a été un bébé facile, dormant bien, mangeant bien. A partir de l'âge de deux ans, il est devenu ce qu'on appelle un enfant difficile. Au fur et à mesure que les années passaient, il devenait de plus en plus désobéissant, colérique, nerveux, râleur, agressif, incontrôlable. L'institutrice de 2ème maternelle avait attiré mon attention sur le fait qu'il n'arrivait pas à se concentrer aussi longtemps que les autres pour faire une activité mais m'avait aussitôt précisé que ça "passerait" à l'entrée en primaire.
Albert a toujours eu une très grande envie de lire. De plus il a une mémoire hors du commun. Ce qui fait qu'en première année primaire, sa motivation tellement forte pour apprendre à lire et sa formidable mémoire ont occulté son problème de concentration. Il a terminé son année sans problèmes avec plus de 90%.
Ce n'est qu'à partir de la deuxième année que la débâcle a commencé : points en chute libre et expulsion quasi quotidienne de la classe tant il dérangeait tout le monde, il se levait tout le temps; lançait des bouts de papier, allait regarder par la fenêtre etc.. Résultat : des trous dans l'apprentissage de base. Évidemment, nous (les parents) étions responsables : Albert est mal élevé, trop gâté etc. Je dois dire que je ne me considère pas du tout comme une mère laxiste, au contraire. Je suis plutôt du genre exigeant. Mais, comme on nous reprochait de n'être pas assez durs avec Albert, nous l'avons inscrit en troisième année dans une école avec une discipline très stricte. Le résultat fut lamentable. Tous les "mauvais" côtés d'Albert furent décuplés. Je me rappelle que lorsque l'institutrice ou la directrice parlaient de lui, j'avais l'impression qu'elles ne parlaient pas de mon fils tant ce qu'elles me disaient qu'il faisait me semblait impossible de sa part. Je pensais qu'il était en train de " mal tourner" et je me sentais totalement impuissante. Je n'avais aucune prise sur lui. Quand je lui parlais calmement, il me promettait d'être sage, de bien travailler à l'école, etc. Quand je le récupérais le soir je lui demandais comment s'était passée sa journée. Il me répondait invariablement que ça avait bien été. Puis je m'apercevais soit par des mots dans le journal de classe, soit par les "cartes de discipline" qu'en fait, il avait "encore été infernal". De plus, Albert avait très souvent des crises de larmes, se sentait mal aimé, rejeté. Il me disait que personne ne l'aimait, qu'il aurait aimé mourir. Il était encore plus difficile de le gronder pour son comportement à l'école. Il a finalement été prié de changer d'école.
Sur les conseils d'une amie, je l'ai inscrit dans une école formidable, où de plus, il a eu la chance de tomber sur un professeur génial qui non seulement m'a suggéré de consulter un médecin mais surtout qui l'a tenu à bout de bras toute l'année scolaire (sa 4ème) en trouvant presque tous les matins une motivation différente pour le faire avancer.
Le diagnostic a montré que Albert souffrait de TDA/H, de troubles du sommeil, de dysgraphie, et qu'il était très dépressif.
Je tombais des nues.
Albert a d'abord commencé un traitement pour son sommeil en mai puis il a été mis sous méthylphénidate et les résultats furent extraordinaires tant au niveau de ses résultats scolaires qu'au niveau de ses relations avec les autres enfants. Le traitement n'a pas été interrompu pendant les vacances d'été pour lui permettre de se "réhabiliter" aux yeux des enfants de nos amis que nous voyons régulièrement. Jamais de ma vie je n'aurais cru entendre tant de compliments sur Albert. Les "incroyable comme il a changé" me mettaient les larmes aux yeux à chaque fois. Et surtout voir Albert sourire ou jouer avec les autres enfants sans dispute au bout de 3 minutes, ce fut un bonheur immense après ces années de galère.
Depuis, ça va avec des hauts et des bas évidemment, mais j'ai appris des "trucs" pour faire avancer Albert et notre vie est tellement différente.

Comment aider ce petit bout à croire en lui ?
https://tdahbe.wordpress.com/2018/06/12/temoignage-comment-aider-ce-petit-bout-a-croire-en-lui/

Les jugements de mes parents nous font vivre un enfer !

Lucas est né d'abord au début tout a été facile, j'avais de grands principes et je les appliquais, ma famille me disait que j'élevais bien mon fils et j'étais fière et puis Dylan est arrivé. Dès sa naissance tout a été plus difficile, il ne voulait pas faire ses nuits, il était tout le temps actif, il était épuisant.
Lucas a commencé à faire de même, ma famille a commencé à me dire que si mes enfants étaient comme ça c'est que c'était moi la coupable que j'étais trop sévère, que je les brimais, que je ne leur laissais pas de liberté, c'était pas vrai, c'est vrai que je suis sévère mais juste.
Mes deux enfants ont été diagnostiqués TDA/H. Avec le médicament et tout ce que nous faisons les choses se passent plutôt bien mais mes parents se sont fait un plaisir de m'expliquer que si mes enfants sont comme ça c'est parce que : j'ai pris des médicaments pour être enceinte, je les ai trop brimés et donc ils se révoltent contre ça, que j'ai des problèmes et je les répercute sur mes enfants et puis que ce n'est pas vrai que les enfants ont un problème que ça passera avec l'âge que je dois arrêter de leur donner des médicaments et de les ennuyer en parlant toujours des problèmes de mes enfants que d'ailleurs eux ils ne remarquent rien et que même quand il ne leur donne pas le médicament il n'y a pas de différence.
Voilà mon histoire, pas vraiment un problème avec les enfants, c'est parfois difficile mais on arrive à faire face et mon mari est génial. Mon problème c'est ma famille qui quoi qu'il arrive me tient pour responsable des difficultés de mes enfants.
C'est vraiment très dur à vivre.

Tendez-leur main
https://tdahbe.wordpress.com/2018/06/12/temoignage-tendez-leur-la-main/

Les conséquences du TDA/H dans notre famille sont nombreuses et multiples

Pour notre enfant :
- Il peine à se mettre au travail.
- Il est fatigable et souvent lent. Il ne gère pas le temps. Pour lui, ce temps ne s'écoule pas à la même vitesse.
- Il peine à maintenir un effort pour maintenir une tâche à terme : il oublie des choses en mettant la table, en s'habillant, à l'école, à la maison…
- Il a une mémoire de travail défaillante. Elle s'efface avec l'angoisse et il n'arrive pas à se remémorer consignes simples : par ex. pour s'habiller, mettre une chaussette, puis une autre et le pull. Donc il essaie de toujours se rappeler de ce qu'il doit faire et donc il s'angoisse de plus en plus. C'est un abominable cercle vicieux.
- Il s'agite, bouge et peine à rester assis.
- Il est maladroit et casse sans le vouloir.
- Il dérange, a des crises de colères, ne supporte pas la frustration.
- Il n'obéit pas, ne respecte pas les limites, oublie les consignes…
- Il a des conflits avec les copains et les voisins.
- Impulsif, il se met souvent en danger.
Pour nous ses parents
- Notre présence est nécessaire pour les devoirs car il ne peut les faire seul (il les rend interminable notamment par son inattention).
- Il participe de manière aléatoire aux tâches quotidiennes.
- Parce que nous craignons qu'il ne fasse mal les choses, nous les faisons à sa place. Résultat il a une image de lui de plus en plus mauvaise.
- Nous renonçons aux sorties en famille pour éviter les crises, les regards, les jugements de l'entourage sur notre "mauvaise éducation".
- Nous avons modifié certaines règles familiales pour avoir la paix. Nos autres enfants sont traités différemment et nous en veulent. Pourquoi lui peut se lever de table pour aller regarder la télé et pas nous ?
- Nous nous sentons perdus, épuisés, isolés.
- Nous sentons incompétents et coupable même quand nous mettons en place des stratégies efficaces pour l'aider.
- Nous avons besoin d'aide et que l'on prenne notre relais. Hélas ses grands-parents et nos amis ne veulent pas l'accueillir car ils le trouvent difficile.
C'est vraiment dur pour lui, pour ses frères et soeurs et pour nous !

Tancrède, mon petit fils TDA/H est vraiment un enfant formidable !
https://tdahbe.wordpress.com/2018/06/12/temoignage-tancrede-mon-petit-fils-tda-h-est-vraiment-un-enfant-formidable/

La vie d'Aurélien avant son diagnostic

Aurélien, manifestait tout un éventail de réactions émotionnelles. Ce qui s’avérait bouleversant tant pour moi que pour lui. Les années de frustration et d'échec qu'il vivait lui causait des stress émotionnels et d’autres problèmes.
Petit, le sentiment d’échec qu'il ressentait l'amenait à avoir des comportements agressifs et violents, à la maison et ailleurs. Il exprimait sa frustration en devenant agressif.
En grandissant il a commencé intérioriser, il se repliait de plus en plus sur lui-même et tentait de s’isoler du reste du monde. Il devenait anxieux et déprimé. 
Il avait de gros problèmes d'estime de soi. A force de vivre des échecs répétés et à cause de son isolement social, il se percevait comme stupide et différent, parfois même il disait qu'il était fou. Il avait des sautes d'humeur imprévisibles et fréquentes, était de plus en plus irritables, avait une tolérance peu élevée aux frustrations et devenait de plus en plus émotif en présence de situations frustrantes.
Il cachait ses sentiments si profondément en lui-même qu’ils se manifestaient sous forme de maux de tête, d’estomac ou de dos, ou de douleurs aux mains ou aux jambes. Sa vie était un véritable enfer !
Je ne remercierai jamais assez l'instit qui nous a parlé de TDA/H. Grace à lui la vie d'Aurélien s'est transformée.

Lâcher prise
https://tdahbe.wordpress.com/2018/06/12/temoignage-lacher-prise/



Copyright © TDA/H Belgique asbl - www.tdah.be - All Rights Reserved.